La bio dans les Bouches-du-Rhône Rencontre avec une éleveuse bio… à Marseille

CB87_P39-41_Terroir1_MarieMaurage_BLOG_©MP Chavel - Biocoop

Marre de la ville ? Besoin de campagne ? Rendez-vous à la ferme de la Tour des Pins dans le XIVe arrondissement de Marseille.

Dans ces quartiers Nord, où les faits divers sont trop souvent violents, la ferme de la Tour des Pins est l’une des trois fermes pédagogiques bio de la Ville. Les deux autres, plus petites, sont en maraîchage. Dans ce havre de paix et de verdure de 12 hectares, Marie Maurage a installé ses vaches, ses chèvres, ses brebis, son cheval, ses poules… en 2014, suite à l’appel d’offres de la Municipalité. « La Ville voulait surtout montrer des animaux, raconte-t-elle. Mais j’ai proposé un vrai projet agricole en expliquant qu’on ne peut pas faire de la pédagogie avec une chèvre naine… La cohérence de mon projet, mon expérience ont fait que j’ai été retenue. » Marie n’était pourtant pas en recherche d’emploi ; sa ferme du côté de Briançon l’occupait bien. Mais elle a été séduite par le lieu. « C’est un endroit hyper vert, il y a de l’eau, de la belle terre. Je me suis dit : “C’est pour toi ça !” » Et la voilà qui se lance dans une nouvelle et belle aventure. Dans ce grand domaine vallonné et boisé, au pied des barres d’HLM.

Du travail pour trois

Avec énergie et enthousiasme, elle remet la ferme en état (parcelles et bâti). Avec 6 hectares en pâturage, elle espère être autonome en foin et fourrage. Pas en céréales. Elle a aujourd’hui un apprenti et un salarié à temps plein, Mickaël. Il travaillait auparavant dans les espaces verts. « Je l’ai rencontré alors que je faisais une intervention dans une formation. Il avait envie de changement. Il est venu en stage ici et y est resté », raconte Marie, plus intéressée par la motivation de ses équipes que par les diplômes.

Trois fois par semaine, la ferme s’ouvre au public qui vient y acheter des yaourts au lait de vache, et des fromages de chèvre et de brebis. Elle fournit aussi de prestigieux restaurants de la ville, des magasins Biocoop de Marseille et d’Aix-en-Provence, des fromagers et épiciers, une association de consommateurs. Le travail ne manque pas. « À terme, on devrait pouvoir être trois temps plein », espère l’éleveuse.

Réapprendre à se nourrir

Marie rémunère ses salariés en partie grâce à l’indemnité que lui verse la Ville pour faire des animations avec les écoles, les centres sociaux… « Je fais des semaines thématiques, en fonction de la saison, explique-t-elle, des ateliers sur la mise bas, la laine, le fromage… On fera la fête du lait bio le 5 juin ; dans l’été, j’aimerais faire quelque chose avec des cuisiniers autour d’une alimentation de qualité pas chère. » Car l’objectif de l’agricultrice urbaine est de réapprendre aux gens à se nourrir correctement, leur faire redécouvrir la nature… « Parler de bio avec des convaincus n’a pas d’intérêt, dit-elle. Ici, on a un potentiel pour éduquer extraordinaire. » Et le public répond présent : « Il y a une forte demande. À la journée porte ouverte, 450 personnes se sont déplacées ! Tout le monde est reparti ravi. » Des enfants du coin reviennent régulièrement, pour voir les animaux, pour échapper au quartier…

Au-delà des animations pédagogiques, Marie a aussi en tête des idées tournées vers le grand public. Comme faire un potager multiculturel avec les enfants, les parents, les grands-parents du quartier. Où serait cultivé ce qui différencie chaque communauté, et ce qui les rassemble aussi. Et qui serait cuisiné et dégusté lors d’un banquet. Et puis plein d’autres projets pour faire avancer la bio dans Marseille, pour ouvrir l’horizon des quartiers Nord, pour apporter de l’humanité… et des fromages là où il en manque.

 

Retrouvez la ferme de la Tour des Pins et l’agriculture bio dans les Bouches-du-Rhône dans la rubrique Terroir et Territoire du n° 87 de CULTURE(S)BIO, le magazine de la consom’action offert par votre magasin Biocoop, dans la limite des stocks disponibles, ou à télécharger sur biocoop.fr

©MP Chavel