CULTURE(S)BIO : En avant, le commerce équitable

Suite de l’article sur le rôle de Biocoop au sein de la Plate-forme pour le Commerce équitable (PFCE), paru page 43 du n° 81 de CULTURE(S)BIO, magazine à retrouver dans les magasins Biocoop, dans la limite des stocks disponibles, et sur www.biocoop.fr

 

Au sein de la PFCE, Léonard Pascal étudie pour Biocoop et pour le commerce équitable (CE) en général de nouveaux labels. Il se dit inquiet au sujet du nouveau label « light » de Max Havelaar : il certifierait « équitable » des produits dont un seul ingrédient serait issu du CE. « On ne le trouvera jamais chez Biocoop. Mais, même s’il n’est pas autorisé en France, il risque de nuire à l’image de Max Havelaar et à son label Fairtrade qui, lui, pour la plupart des produits, correspond à nos exigences. » 

Commerce équitable et démocratie

Venu d’Amérique du Sud, Producteurs Paysans se montre en revanche plus qu’intéressant : « Ce label regroupe uniquement des petits producteurs, pas de grosses plantations ni d’agro-industriels. Il pourrait être repris en Afrique et en Asie. » On le trouve déjà sur quelques cafés et chocolats référencés par Biocoop.

Producteurs Paysans est la seule certification à être la propriété des producteurs. Elle certifie des organisations démocratiques, un point sensible dans des régions du monde où les paysans ne sont pas toujours respectés. Or, le commerce équitable est attentif aux droits de l’homme.  « Les agriculteurs s’organisent en coopérative. Il faut qu’on les aide à s’approprier les outils pour pérenniser leurs organisations et devenir autonomes. »