CULTURE(S)BIO : Créer son magasin Biocoop, pourquoi pas vous ?

Suite de l’article paru p. 46 du n° 81 de CULTURE(S)BIO, magazine à retrouver dans les magasins Biocoop, dans la limite des stocks disponibles, et sur www.biocoop.fr

L’intégrale des témoignages de ceux qui ont franchi le pas… 

 

78247_CULTURE_BIO_N81-1_COR.indd

 

ENTREPRENDRE AUTREMEN: TEL EST LE CREDO DES ACTEURS DE BIOCOOP. UN RESEAU DYNAMIQUE, MlLITANT, TOUJOURS A LA RECHERCHE DE NOUVELLES POUSSES (ON LES APPELLE DES PORTEURS DE PROJET). JÉRÔME BLACHERE, RESPONSABLE DEVELOPPEMENT DU SERVICE MAGASIN, NOUS PRESENTE LES QUALITES INCONTOURNABLES POUR SEMER A SON TOUR EN TERRE BIO !

Jérôme Blachère, Responsable développementchez biocoop

Quelles sont les différences entre Biocoop et les entreprises dites traditionnelles ?

En tant que coopérative, Biocoop appartient à la grande famille de l’économie sociale et solidaire. Ses acteurs (357* magasins sont répartis sur toute la France} privilégient l’intérêt général et l’équité plutôt que ta recherche du profit. Ils explorent toutes les facettes du développement de l’agriculture biologique par exemple, les produits en vrac, la valorisation des déchets, l’éducation au goût – tout en créant des emplois au plus près des territoires. Pour nous, le commerce est un moyen et non une fin en soi.

Qui sont les porteurs de projets?

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu‘il n’y a pas un seul profil. Chacun apporte ses compétences : du commerçant au militant. en passant par le mordu d’aliments bioAinsi, une expérience dans te commerce ou l’agriculture biologique n’est pas Indispensable si la motivation est làTous les porteurs de projet ont cependant des traits communs : une âme d’entrepreneur (animation des équipes, gestion ) associée à une fibre sociale. Les magasins Biocoop sont des lieux déchanges et de sensibilisation, et c’est aussi cela quils viennent chercher.

Comment rejoindre le réseau ?

Une réunion d’information est tout d’abord proposée au candidat. S’il se sent conforté dans son choix, Il dépose alors un dossier. Il se présente ensuite devant une commission régionale de sociétaires élus, dont la tâche consiste à vérifier si son profil et son projet sort bien en adéquation avec la charte Biocoop**. Aussi, il est important avant tout de bien se connaitre soi-même pour savoir si on a la capacité de créer son magasin. faire le point sur ses priorités et ses valeurs. Se rapprocher également des autres gérants pour recueillir leur expérience et leurs conseils.

Quel est l’investissement moyen pour ouvrir son magasin?

Cela dépend du projet, de sa taille, de son emplacement. Les budgets sont très variables. Le prix de l’immobilier reste le facteur d’investissement numéro 1. Au sein du réseau, les structures sont très diversifiées : des sociétés anonymes (SA), des sociétés à responsabilité limitée (SARL), des sociétés coopératives et participatives (Scop) Dans tous les cas de figure, le cadre coopératif de Biocoop permet aux sociétaires de s’unir étroitement pour développer ensemble des projets. Une fois le magasin créé, la priorité absolue est de le pérenniser. Biocoop dispose d’un réseau daccompagnement pour chaque porteur de projet, durant ta création de son entreprise et pendant toute la vie de celle-ci. Faut-il être riche ? Oui, d’espoir et d’envie !

 

 * Au 31 décembre 2014

** Le réseau Biocoop a pour objectif le développement de l’agriculture biologique dans un esprit de coopération et d’équité. Voir la charte p.48 et sur www.biocoop.fr/charte

 

 

Marc Verron, gérant de la SARL Biocoop du Bocage, Vire (Calvados)

 

« Acteur du tissu local »

« J’ai eu plusieurs métiers dans une grande chaîne de magasins de sport. Après 15 années d’activités, j’ai voulu créer ma propre entreprise. Je suis parti d’une feuille blanche en écrivant mes aspirations : un commerce, la relation à l’autre, des produits sains et locaux, le bien-être… Je ne voulais pas faire partie d’une franchise car je tenais à choisir moi-même mes produits et mes producteurs. Pour moi, être issu du milieu local est un plus. C’est une crédibilité supplémentaire qui me permet d’être au plus près des attentes des consommateurs. »

 

Gilles Gasquet, gérant de la SARL Biocoop Castellane et Biocoop Endoume, Marseille (Bouches-du-Rhône)

 

« Donner le goût du bio »CB81_P46-47_Gilles Gasquet

« J’ai découvert la bio en 1998 à la naissance de mon premier enfant. En goûtant les produits Biocoop, je me suis dit : « Tiens, ce n’est pas la même histoire ! » Je travaillais dans l’agro-alimentaire, chargé notamment de la vente de fruits secs pour la grande distribution. En 2006, j’ai eu la chance de rejoindre une Biocoop où je me suis senti toute de suite bien. Les valeurs portées par le réseau me correspondent. Pour chaque produit que je vends, j’ai une histoire à raconter… »

 

Émilie Grebert, co-gérante de la Scoop Biocoop Bergerac Sud (Dordogne)

CB81_P46-47_Emilie Grebert« Une aventure humaine »

« Être gérant, ce n’est pas courir après un titre, c’est s’engager à suivre une trajectoire qui prend en compte l’ensemble de nos impacts, positifs et négatifs. Cela concerne les produits, le commerce, mais aussi toute une dimension sociale. Nous sommes six salariés à faire vivre notre Scop. Chacun apporte sa voix et sa vision. Nous sommes très fiers du parcours effectué ensemble. Les qualités humaines d’écoute et d’échanges sont indispensables au quotidien. »

 

Christophe Sailly, co-gérant de la SARL Le Monde allant vert, Villefranche-sur-Saône (Rhône)

 

CB81_P46-47_Christophe Sailly« Indépendant dans un collectif »

« Nous avons lancé notre magasin en 2012 avec ma femme sans véritable expérience du commerce. Dès le début, nous avons donc souhaité nous rapprocher d’un réseau pour être accompagnés. Biocoop est le seul qui nous a permis d’avoir à la fois une offre de services et de produits de qualité, et à avoir une éthique très proche de la nôtre. Nous sommes aussi très satisfaits de la vie politique et des échanges au sein de la coopérative. En tant que sociétaire, chaque gérant de magasin décide des orientations à venir. »

 

Stéphanie Guérin, gérante de la SARL La Pyramide, Les Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire)


CB81_P46-47_Stéphanie Guérin« Un commerce engageant et engagé »

« J’ai ouvert un commerce parce que j’ai découvert Biocoop ! Le rapport à l’agriculture biologique y est très fort, avec des filières basées sur des critères écologiques exigeants. Après un BTS agricole et une licence pro en distribution de produits biologiques, j’ai accumulé les expériences pour me sentir prête. Le travail en amont est énorme et nécessite de penser à tout. J’ai voulu mon commerce lumineux et accueillant. C’est un magasin de quartier avant d’être un magasin bio. Mon rôle est de rendre nos produits accessibles à tous. »

 

Crédit photos : DR.