Cultures Bio n°82 : Culture bière #2

Impression

HD Matthieu Breton 149305 © Eric Legret

Dans CULTURE(S)BIO n° 82*, nous consacrons un sujet à la bière. Voici l’interview complète de  Matthieu Breton, patron de la brasserie artisanale finistérienne Coreff, à Carhaix, qui produit des bières bio. Née en 1985, dans la reconquête des brasseries artisanales, elle fait figure de doyenne.

 

CoreffComment est née la brasserie Coreff ?

C’est l’histoire de deux gars, Christian Blanchard et Jean François Malgorne qui, lors d’un échange interculturel en Angleterre, en rencontrent un troisième, Peter Austin. C’estle pape de la microbrasserie et il travaille sur un protocole noble : de l’eau, de l’orge, du houblon, des levures. Pas de sucre ajouté, d’antioxydants… Il produit une bière naturelle qui se distingue du demi basique de l’époque !
Séduits, les deux ont l’idée de recréer une microbrasserie et demandent à Peter Austin, qui a appris l’art de la bière à la fac d’Edimbourg, de les initier. En France, il n’existait alors plus que de grands groupes internationaux et quelques entreprises familiales qui avaient réussi à garder une indépendance, dans le Nord et l’Est. Ils sont partis de zéro, et les Finistériens ont suivi ! Aujourd’hui, 50 à 60 brasseries existent en Bretagne.

 

Faire de la bière, est-ce à la portée de tous ?

Tout le monde peut réussir un assemblage, une recette, oui. Mais le plus complexe ensuite, c’est la stabilité dans le temps, la reproduction, le suivi, l’hygiène…

 

Y-a-t-il assez d’orge en France ?

La France a toujours été le poumon européen de l’orge brassicole. Pour faire de la bière, il faut une céréale adaptée au sol, riche en protéine, faible en humidité, et ce dernier point n’est pas le plus simple en Bretagne ! Nous avons créé une filière d’orge, De la terre à la bière, qui associe brasseurs et paysans bio. Ils produisent une variété adaptée aux besoins des brasseurs. La contractualisation permet de progresser en quantité. 7 ou 8 brasseries nous ont déjà rejoints. Pour la malterie, c’est plus difficile, car elles ont disparues avec les brasseries après la Seconde Guerre mondiale.

 

Avec quoi aimez-vous la bière ?  

Avec de bons copains ! Parce qu’elle est une boisson de partage et de convivialité ! [rires] J’aime associer une ambrée avec une viande ou des plats mijotés à la bière brune par exemple. Ce n’est pas qu’une boisson pour la soif ! On peut échanger les perceptions. Est-elle houblonnée, caramélisée… ? Comme le vin, c’est un produit de plaisir et de dégustation.

 

Quelle évolution percevez-vous chez le consommateur ?

Les Français deviennent plus exigeants. Autrefois, on soutenait le produit parce qu’il était bio, local, par solidarité, notamment dans les fest-noz. Aujourd’hui, le droit à l’erreur n’est plus possible. Le choix ne cesse de s’élargir. Tant mieux. Le plus complexe, c’est la stabilité et la régularité de la recette. Car une bière est une recette. Et avant tout un produit vivant. Il n’y a que la nature qui vous dit quand il est prêt.

 

Et au fait, ça veut dire quoi Coreff ?

Cervoise ! C’est du moyen breton.

 

* Offert par votre magasin Biocoop, dans la mesure des stocks disponibles, et consultable sur www.biocoop.fr.

 

Crédit photo : Eric Legret.