Culture(s) Bio n°82 : Cet été, je mange léger, et j’aime !

Trois questions à Angélique Houlbert, diététicienne-nutritionniste et directrice de l’ouvrage La Meilleure façon de manger (Éd. Thierry Souccar), pour compléter l’article de CULTURE(S)BIO n° 82*. 

 


CB82_Santé_itw_Angélique Houlbert©DRQuels sont les besoins de notre corps durant l’été ?

Lorsqu’il fait chaud, on n’a pas besoin d’autant de calories que lorsqu’il fait froid. Mais nous devons aussi composer avec l’activité physique effectuée pendant les vacances. Si on fait une longue randonnée en montagne, si on enchaîne les longueurs dans une piscine, on brûle des calories et notre corps a besoin de faire le plein de nutriments.
Par ailleurs, l’été, les besoins en antioxydants sont supérieurs puisque la peau est exposée au soleil. Ils sont surtout présents dans les fruits et légumes riches en caroténoïdes : tomate, carotte, abricot, patate douce, légumes verts… Les végétaux riches en polyphénols (framboises, fraises, myrtilles, mûres, groseilles…) protègent quant à eux les capillaires sanguins et aident à une meilleure circulation veineuse. Intéressant l’été, période où l’on a souvent les jambes lourdes et qui gonflent.
Enfin, pour éviter la désydratation, il faut boire beaucoup. L’eau, les tisanes, les thés glacés, mais aussi les légumes et les fruits comblent nos besoins.

 

Tout le monde peut-il manger léger ?

Oui, à condition que manger léger rime toujours avec alimentation équilibrée ! Ensuite, à chacun de gérer les quantités, notamment celles de glucides, selon son âge, sa morphologie et ses activités physiques. Les enfants et adolescents peuvent manger léger, mais ils ont des besoins spécifiques car ils sont en pleine croissance. Bien sûr, il leur faut des glucides (pain au levain, pâtes semi-complètes), mais aussi de bons gras et de bonnes protéines pour leur cerveau. Cette règle est valable pour tout un chacun : il ne faut pas restreindre nos apports en gras, mais privilégier les bons gras : huile de lin, de noix, de cameline, petits poissons gras, olives… Et penser aux oléagineux (noisettes, noix, amandes…). Les seniors peuvent eux aussi adopter ce type d’alimentation. Les personnes de plus de 80 ans ont moins d’appétence pour les aliments et ont tendance à consommer beaucoup de sucre et de sel car ce sont des exhausteurs de goût. Il est donc très important d’agrémenter leurs plats d’herbes aromatiques et d’épices pour les rendre savoureux. 

 

Quelles sont les astuces de la cuisine légère ?

Privilégiez les cuissons douces, comme la cuisson à la vapeur, au wok… On oublie le barbecue qui génère des hydrocarbures aromatiques, des composés toxiques cancérigènes ! Quant aux sauces, elles ont mauvaise réputation, mais selon les ingrédients qui les composent, elles sont aussi essentielles au palais que pour la santé. Inspirez-vous de leur diversité pour varier les assaisonnements des salades, agrémenter toutes sortes de plats (légumes, poissons, viandes…), faire des marinades pour viandes, poissons ou légumes en carpaccio, les servir à l’apéritif avec des légumes croquants… Très simples à réaliser avec un petit robot hachoir ou un blender, certaines se conserveront jusqu’au lendemain au réfrigérateur, comme les sauces à base de légumes secs ou de légumes. Pensez aussi aux crèmes à base de tofu soyeux et d’herbes fraîches.
Un exemple de sauce aux légumes facile et rapide : réduire en purée une petite quantité de légumes (carottes cuites, cœurs d’artichaut…), ajouter un aromate et une épice, un peu de jus de citron.

 

* Dans votre magasin Biocoop, dans la limite des stocks disponibles, et sur www.biocoop.fr

 

Crédit photo : portrait Angélique Houlbert © DR